Le Parc National de la Pendjari en danger

19/05/2012
By

Antilopes rouannes - Crédit photo Nadine Péhau

Le Parc National de la Pendjari fait partie d’un des plus grands ensembles d’aires protégées d’Afrique de l’Ouest, le WAP (écosystème regroupant les parcs nationaux du W, d’Arli et de la Pendjari). Il obtint le label de réserve biosphère par lUnesco en 1986 et fut classé site Ramsar en 2007. Dirigée par M. Djafarou Ali Tiomoko et en partenariat avec les associations villageoises de gestion de la réserve de la faune (Avigref), cette zone agro-écologique est devenue l’une des plus importantes réserves de biosphère d’Afrique de l’Ouest et offre aux touristes une faune et une flore remarquables.

Au milieu des savanes arbustives et des forêts de type équatorial, nous y rencontrons dix espèces d’antilopes (cobes defassa, bubales, hippotragues…), des éléphants, des buffles, des panthères, des lions, des crocodiles, ainsi que 470 espèces d’oiseaux permanents et migrateurs. Quant aux guépards, ils ont échappé à l’extinction grâce à l’aide technique et financière de la coopération allemande. Ils sont aujourd’hui l’emblème du parc.

Le renvoi du colonel Djafarou Ali Tiomoko, et ce, malgré les protestations de la population riveraine, a plutôt enthousiasmé les braconniers. La surveillance constante et la rigueur avec laquelle il dirigeait le parc avaient valu de la prison à plusieurs d’entre eux. Des touristes ont trouvé des éléphants mutilés, sans trompe ni défenses, un buffle et un lion ont même été abattus sous leurs yeux, des guides ont entendus à plusieurs reprises des coups de feu tirés à l’intérieur du parc. Ce ne sont pas seulement les braconniers qui menacent la faune et le flore de la Pendjari, ce sont également les bergers transhumants et leurs troupeaux de bœufs. Près de 160 bêtes ont été retrouvées à la mare de Bali en provenance du Burkina Faso. Leurs propriétaires n’ont ni été inquiétés, ni interceptés.

Elephant de la Pendjari - Crédit photo : Nadine Péhau

Les conflits entre l’Avigref et les autorités béninoises en charge de la cogestion du parc profitent essentiellement aux braconniers et aux bergers qui ont élu domicile à l’intérieur du parc. Il est urgent que soient prises des mesures afin d’éviter que la faune du Parc National de la Pendjari ne disparaisse.

Sources :

http://lanouvelletribune.info/index.php/societe/vie-societale/10627-sos-au-profit-du-parc-national-de-la-pendjari–des-braconniers-massacrent-la-faune-sauvage

http://www.pendjari.net/

http://www.pendjari.net/IMG/pdf/magazine02-07.pdf

http://www.ramsar.org/cda/en/ramsar-april12index/main/ramsar/1%5E25700_4000_1__

http://www.unesco.org/new/fr/unesco/

 

Comments are closed.

 

août 2018
L Ma Me J V S D
« juil    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031