115 défenses d’éléphants saisies à Nairobi

19/05/2011
By

Julius Kipngetich, directeur du Kenya Wildlife Service avec les 115 défenses saisies le 5 mai (Crédit photo: Boniface Okendo)

Dans la nuit du 5 au 6 mai, la police kenyane a saisi 115 défenses d’éléphants à l’aéroport international de Nairobi, soit 1,4 tonnes d’ivoire de contrebande d’un montant de plus de 100 millions de shillings kenyans (près d’un million d’euros). C’est l’une des plus importantes saisies dans le pays ces dernières années.

La marchandise, qui avait été saupoudrée de poivre pour déjouer le travail de chiens renifleurs, a été découverte dans des caisses métalliques abandonnées, dépourvues de documents douaniers et destinées à Lagos au Nigéria.

La commandante adjointe de la police de l’aéroport, Eunice Kihiko, a déclaré : « Nous pensons être confrontés à un important réseau criminel et à l’implication d’agents de l’aéroport. Le fait que la cargaison ait été retrouvée dans la zone des importations et non celle des exportations montre que quelque chose d’inhabituel s’est produit ».

Sur les étiquettes des caisses figuraient deux expéditeurs différents : l’ambassade de Papouasie-Nouvelle Guinée et celle du Royaume de Bruneï à Nairobi. La police a contacté le ministère des Affaires Etrangères afin de vérifier si ces ambassades, qui ne sont pas recensées sur le site internet du ministère, existent réellement.

Au Kenya, suite à la prohibition du commerce international de l’ivoire en 1989 mise en place par la CITES (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction), le commerce de l’ivoire est illégal. Cependant, à partir de 1997, les pays d’Afrique Australe ont obtenu l’autorisation procéder à quelques ventes ponctuelles.

En août 2010, deux tonnes d’ivoire avaient déjà été saisies à l’aéroport de Nairobi.

D’autres saisies déjà effectuées en avril

La saisie de ces 115 défenses intervient quelques jours après l’arrestation d’un ressortissant chinois venu de la République Démocratique du Congo (lire notre article).

Déjà en avril, la Thaïlande avait confisqué dans un port de Bangkok deux tonnes de défenses d’éléphants d’une valeur de plus de 274 millions de shillings (plus de 2 millions d’euros) en provenance du Kenya et cachées dans une cargaison de poissons congelés.
Les autorités avaient déclaré que l’ivoire saisi pouvait correspondre à au moins 123 éléphants, sans pouvoir dire si tous les animaux avaient été braconnés au Kenya même. Les 247 défenses, certaines allant jusqu’à deux mètres de long, avaient été trouvées au cours d’un scanner aux rayons X, dans un conteneur d’expédition étiqueté comme contenant du maquereau congelé.

En Afrique centrale et orientale, le braconnage des éléphants s’est intensifié ces dernières années, avec beaucoup d’exportations illégales vers l’Asie où les trophées en ivoire sont très populaires. Ces cargaisons transitent souvent par la Thaïlande, plaque tournante, avant d’être envoyées en Chine.

Le Kenya, qui a su reconstituer avec succès ses populations d’éléphants au cours des dernières années, est devenu l’une des principales sources pour l’ivoire de contrebande.

Le braconnage d’éléphants pour leurs défenses est en constante augmentation, avec 47 éléphants tués en 2007, 94 en 2008 et 204 en 2009, selon le Kenya Wildlife Service (Service Kenyan de la Faune Sauvage).

 

En vert : Notes d’Afrique Horizons.

Sources : http://www.aufaitmaroc.com/monde/afrique/2011/5/6/kenya-saisie-de-14-tonne-divoire-a-laeroport-de-nairobi

http://www.standardmedia.co.ke/InsidePage.php?id=2000034602&cid=4&ttl=Police%20impound%20ivory%20worth%20over%20Sh100%20million%20at%20JKIA

http://www.romandie.com/news/n/_Arrestation_a_l_aeroport_de_Nairobi_d_un_Chinois_pour_trafic_d_ivoire290420111304.asp

Rédacteur : LB

Comments are closed.

 

août 2019
L Ma Me J V S D
« juil    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031