La Tanzanie sous pression face au projet d’autoroute au Serengeti

16/05/2011
By

En rouge, la route prévue par le projet et en vert, la proposition de route alternative (Source photo : www.africageographic.com)

La pression se fait croissante sur le gouvernement Tanzanien pour qu’il accepte un compromis à la construction controversée de l’autoroute dans le Parc National du Serengeti.

Cette route était une promesse clé de la campagne de 2005 du président Jakaya Kikwete mais elle a provoqué la fureur des écologistes du monde entier. Aujourd’hui, il semble que la communauté internationale mette à son tour la pression sur Dar es-Salaam (ancienne capitale et centre économique de la Tanzanie) pour l’abandon du projet, ou tout au moins, pour l’étude d’une solution de rechange.

Le gouvernement Allemand avait annoncé plus tôt qu’il était prêt à financer une autre voie, en recherchant des alternatives à la fois à l’est et l’ouest du Serengeti, sans traverser le parc. Berlin a également indiqué qu’elle financerait une étude de faisabilité internationale pour un contournement du parc par le sud.

De son côté, la Banque Mondiale a également déclaré qu’elle était prête à aider au financement d’une route alternative. « Nous proposons une solution de rechange qui, nous le pensons, permettra à la Tanzanie d’atteindre ses objectifs de développement tout en préservant le caractère unique du Serengeti, comme élément du patrimoine environnemental de la planète », a précisé récemment le directeur John Murray McIntire.

La migration annuelle de deux millions de gnous et de zèbres est une merveille naturelle qui attire les touristes du monde entier. Toutefois, le Parc National du Seregenti est très vaste, et il oblige les personnes qui y vivent ou y font du commerce à faire un voyage de 420-km autour de la bordure sud du parc.

Lors de la migration, les troupeaux de gnous peuvent atteindre des millions d'individus (Source photo : www.savetheserengeti.org)

Le gouvernement Tanzanien a proposé une route de 480 millions de dollars (plus de 335 millions d’euros) au nord du Serengeti reliant la région du lac Victoria à l’est de la Tanzanie. Il affirme que la route n’empêchera pas la migration des gnous et qu’elle aura un tronçon de 40 miles (64 km) non bitumé permettant les déplacements de la faune.

Mais les experts prédisent qu’avec 3.000 véhicules par jour dans 20 ans, la route aura inévitablement une incidence sur la migration.

 

 

 


 

En vert : Notes d’Afrique Horizons

Source : http://www.theeastafrican.co.ke/news/Dar+urged+to+route+new+road+away+from+Serengeti+park/-/2558/1141496/-/xbg1nk/-/

Autre site dédié au sujet (en anglais) : http://www.savetheserengeti.org/issues/stop-the-serengeti-highway/#axzz1MiPJtGdQ

 

Rédacteur et traducteur : LB

Comments are closed.

 

août 2019
L Ma Me J V S D
« juil    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031