Le Brésil s’implique dans la lutte contre le sida en Afrique

12/06/2011
By

http://www.masantefacile.com/img_magsante/photo_1289395989216-1-1.jpgLa première usine publique de production de médicaments antirétroviraux numériques contre le sida va voir le jour en juillet 2011. Elle se situera à Matola, ville au sud du Mozambique. Elle est le résultat d’une collaboration avec le Brésil qui financera 21 millions de dollars (environ 14 millions d’euros) sur les 25 nécessaires pour le projet, notamment en fournissant les équipements techniques. Cette usine entrera partiellement en fonction en fin d’année 2011 à partir des matières premières brésiliennes et pourra produire 226 millions de comprimés et 145 millions d’autres médicaments dont des antibiotiques. Pour l’instant, le pays produit seulement des solutions de ré-hydratation pour perfuser les malades dans les hôpitaux. Fervent partisan du rapprochement avec l’Afrique, le président Lula avait engagé son pays à la construction de l’usine lors d’une visite d’état en 2008 (photo ci-contre).

Défiant les industries pharmaceutiques, le Brésil produit ses propres médicaments génériques, une production d’état destinée uniquement au marché national et qui a fait baisser les prix des entreprises privées. M. Pierre-André Wiltzer, ministre délégué à la coopération et à la francophonie, précise : « Notre but est de renforcer l’expertise africaine. L’une des particularités de cette convention est que nous considérons que nous ne seront pas efficaces dans la lutte contre le sida si nous ne nous occupons pas d’apporter des traitements et des soins gratuits ».

Cette usine est un espoir pour le Mozambique où plus de 2,5 millions de personnes sont séropositives, soit près de 14% de la population.

En règle générale, la situation semble s’améliorer sur le front du VIH : le nombre de nouvelles infections est en baisse, le nombre de personnes sous traitement est en hausse et on assiste à des progrès dans la lutte contre la discrimination des personnes infectées au VIH. Deux pays sont à surveiller :
- l’Afrique du Sud
. Vu son ampleur, l’épidémie de VIH/SIDA ne peut y être ignorée. Le pays affiche en effet le plus grand nombre de cas au monde – plus de cinq millions – et dispose du plus vaste programme de distribution d’antirétroviraux. Plus d’un million d’habitants sont sous traitement. Après des années d’inertie, le gouvernement a organisé une campagne nationale de conseils et de dépistages.
- l’Ouganda. Autrefois considéré comme le pionnier de la lutte contre le VIH, le pays a vu son nombre de malades chuter de 18 % en 1992 à environ 6,1 % en 2004. Les campagnes de prévention agressives du gouvernement abordaient les thèmes de l’abstinence, de la fidélité et de l’utilisation du préservatif. La proportion d’adultes qui disent avoir eu une relation sexuelle avec une personne autre que le partenaire habituel a augmenté depuis 1995 : elle est passée de 12 à 16 % chez les femmes et de 29 à 36 % chez les hommes.

La FAO (Food and Agriculture Organization) a estimé que dans les 27 pays d’Afrique les plus touchés, 7 millions d’ouvriers agricoles sont morts du Sida depuis 1985. D’ici 2020, on estime qu’il y en aura 16 millions de plus.

 

Crédit photo : Benoit Marquet (AFP)

 

Sources :

http://www.fao.org/kids/fr/aids.html

http://www.afrik.com/article6368.html

http://fr.allafrica.com/stories/201102071488.html

 

Rédacteur : BV

Comments are closed.

 

décembre 2019
L Ma Me J V S D
« juil    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031